Nos conseillers vous aideront à trouver le centre de réhabilitation et/ou de désintoxication qui conviendra à vos besoins spécifiques.

N’attendez pas qu’il soit trop tard, cessez son autodestruction dès maintenant. Ensemble, nous pouvons agir. Notre service d’intervention en milieu familial est la solution.

Nos ateliers et conférences interactives sauront capter l’attention de vos jeunes. La prévention est un outil indispensable afin de les sensibiliser sur les effets néfastes que la drogue peut causer.

DépendanceDépendanceTrouvez le Centre qui vous convient… InterventionInterventionIl ne voit pas son problème… PréventionPréventionPour une relève sans drogue…

Souvent la personne qui consomme de l’alcool ou des drogues ne voit pas qu’elle a un problème, même si tout le monde dans son entourage sait très bien qu’elle en a un et qu’elle doit le voir, avant qu’il ne soit trop tard. Lorsque c’est le cas, il est possible d'avoir de l’aide d’un professionnel qui saura trouver les mots et les gestes à poser pour conscientiser la personne à faire quelque chose pour régler son problème.

GHB PDF Imprimer Envoyer

Le GHB engourdit le cerveau et ralentit les fonctions du corps et de l’activité mentale.


Le GHB est un psychotrope qui fait partie de la famille des dépresseurs en agissant sur le système nerveux central. Il est une substance naturelle qui se situe dans le corps en infimes quantités. Comme drogue de rue, le GHB est une substance chimique fabriquée de façon artificielle (synthétique) dans des laboratoires clandestins. Il est d’ailleurs relativement simple à produire puisqu’il est fait en partie à la base d’un solvant-décapant pour peinture. Étant donné que les produits chimiques et les méthodes utilisées pour la fabrication du GHB varient, la pureté et la puissance du produit final ne sont pas prévisibles.

C’est au début des années 1920 que le GHB est synthétisé pour la première fois. Dans le courant des années 1960, il est étudié et synthétisé à nouveau par le Professeur Henry Laborit. Il est ensuite utilisé comme anesthésique général et comme hypnotique. Il est encore parfois utilisé pour les anesthésies et pour certains besoins thérapeutiques mais depuis le début des années 2000, il est surtout utilisé dans des contextes non médicaux où il est fabriqué illégalement.

Le GHB se prend par voie orale mais on le vend souvent sous la forme d’un liquide transparent inodore, incolore et sans saveur. C’est généralement sous cette forme qu’il est utilisé pour être mélangé dans des liquides comme des boissons (souvent alcoolisées) dans lesquelles il se dissout rapidement. L’effet sédatif du produit empêche la victime de résister à une agression sexuelle et peut même avoir des moments d’amnésie. C’est pour cette raison qu’on l'appelle parfois «drogue du viol». Il peut aussi être vendu sous forme de poudre blanche, de granulés à dissoudre ou de capsules. À faible dose, il provoque une désinhibition et à plus forte dose, il amène un état hypnotique et de l’amnésie (trouble de mémoire).

Son véritable nom est le gamma-hydroxybutyrate ou le «GHB 4-hydroxybutanoate», mais on l’appelle également le «fantasy», «G», «drogue du viol», «ecstasy liquide», «liquid X», «GH liquid ecstasy», «grievous bodily harm», «quaalude d'origine végétale», «salty water», «scoop», «soap», «easy lay», «vita-G», «georgia home boy».

Ses principales utilisations sont faites en tant que :

  • drogue récréative qui, à faible dose, amène un état de désinhibition et d'euphorie qui se rapproche de l'ivresse et qu’on désigne parfois par le terme inexact «ecstasy liquide».
  • drogue du viol (à partir des années 1990) car il se mélange facilement à l'alcool, est inodore, incolore et son goût est légèrement salé et savonneux.
  • complément alimentaire par les culturistes (surtout dans les années 1980) car il stimule l'hormone de croissance. Cette utilisation devient interdite dans les années 90.

Les effets recherchés sont la relaxation musculaire, la perte des inhibitions, la diminution de l'anxiété et l’euphorie. Le GHB ne doit pas être accompagné d'alcool, de benzodiazépines ou de barbituriques car ceux-ci amplifient les effets dépresseurs sur le SNC (système nerveux central) produits par le GHB. Les effets du GHB se manifestent généralement de 10 à 20 minutes après la consommation et durent jusqu'à quatre heures. Ils sont différents pour chacun. Ils sont dangereux et imprévisibles car le GHB réduit les inhibitions du consommateur et il peut ressentir des effets sédatifs (somnolence) surtout s’il est mélangé avec les drogues mentionnées ci-haut. Certaines personnes se sentent étourdies pendant plusieurs jours après en avoir consommé.

Les effets principaux de sa consommation sont :

  • Ralentissement du rythme cardiaque et respiratoire
  • Hypotension (baisse de la tension artérielle)Baisse de la température du corps
  • Étourdissements
  • Perte de coordination et équilibre déficient
  • Déshinibition sexuelle
  • Inconscience
  • Nausées, vertiges, vomissements
  • Crise épileptique
  • Diarrhée
  • Amnésie (perte de mémoire)
  • Somnolence voire perte de connaissance
  • Coma voire mort (si pris en grande quantité)

Le GHB est un sédatif puissant qui peut entraîner un sommeil profond. Les consommateurs ont des risques de vomir pendant leur sommeil et de s'étouffer. Une consommation excessive et prolongée amène à la tolérance du produit et à la dépendance physique, comme la majorité des autres drogues le font.

Mise à jour le Samedi, 16 Janvier 2016 14:42
 

Formulaire

  •  
    Nom
  •  
    Prénom
  •  
    Courriel
  •  
    Téléphone
  •  
    Services
  •  
    Message
  •  

  •  

Qui est en ligne?

Nous avons 35 invités en ligne

Sondage

Quel vidéo est le plus efficace?