Nos conseillers vous aideront à trouver le centre de réhabilitation et/ou de désintoxication qui conviendra à vos besoins spécifiques.

N’attendez pas qu’il soit trop tard, cessez son autodestruction dès maintenant. Ensemble, nous pouvons agir. Notre service d’intervention en milieu familial est la solution.

Nos ateliers et conférences interactives sauront capter l’attention de vos jeunes. La prévention est un outil indispensable afin de les sensibiliser sur les effets néfastes que la drogue peut causer.

DépendanceDépendanceTrouvez le Centre qui vous convient… InterventionInterventionIl ne voit pas son problème… PréventionPréventionPour une relève sans drogue…

Souvent la personne qui consomme de l’alcool ou des drogues ne voit pas qu’elle a un problème, même si tout le monde dans son entourage sait très bien qu’elle en a un et qu’elle doit le voir, avant qu’il ne soit trop tard. Lorsque c’est le cas, il est possible d'avoir de l’aide d’un professionnel qui saura trouver les mots et les gestes à poser pour conscientiser la personne à faire quelque chose pour régler son problème.

Héroïne PDF Imprimer Envoyer

Dans la plupart des cas, l’héroïne crée très rapidement une dépendance.

L'héroïne est un opiacé puissant qui est obtenu par synthèse à partir de la morphine, extraite de la plante nommée pavot. Elle est donc un dérivé de la morphine. Vers la fin du XIXe siècle, on pense à l’utiliser pour soigner la tuberculose au lieu de la morphine ce qui en ferait une médication «héroïque» (d’où son nom). Cependant, les dommages qu’elle cause n’ont rien d’héroïque. À l’époque de la Première Guerre mondiale (1914-1918), on évalue qu’il y a 500 000 personnes dépendantes de l’héroïne aux États-Unis, ce qui est un nombre plutôt impressionnant pour l’époque.

L’héroïne se présente sous la forme d’une poudre blanche qui tend parfois vers le brun ou de granulés à écraser. La plupart du temps, elle est injectée par voie intraveineuse mais elle peut aussi être sniffée, fumée, prise par voie orale, sublinguale, sous-cutanée, intramusculaire ou anale. Elle est de la famille des dépresseurs puisqu’elle agit sur le système nerveux central en engourdissant le cerveau et en ralentissant le fonctionnement de l’organisme.

On l'appelle «H», «héro», «miss héro», «cheval», «smack», «jazz», «brown sugar», «china white». Autant d'appellations différentes et mystérieuses pour faire oublier qu'on parle d'héroïne ou encore par stratégie pour recruter de nouvelles clientèles.

Elle provoque très rapidement l'apaisement, l'euphorie et une sensation d'extase qui est appelé «rush» par les consommateurs. Cet effet immédiat de plaisir intense est suivi d'une sensation de somnolence, accompagnée de la contraction des pupilles et parfois :

  • de nausées (vomissements lors des premiers essais)
  • de vertiges
  • d’étourdissements
  • de troubles de concentration
  • d’un besoin d’uriner plus fréquent
  • de tension artérielle
  • de constipation
  • d’une sudation plus abondante
  • de démangeaisons cutanées
  • de sautes d’humeur fréquentes (à long terme)
  • d’irrégularités menstruelles chez la femme (à long terme)
  • d’un pouls rapide et irrégulier
  • d'un ralentissement du rythme cardiaque
  • d’une dépression respiratoire

Cette dernière arrive, en cas de surdose, et peut être accompagnée d’une peau fraîche et bleuâtre, de convulsions, de délire, d’une perte de connaissance ou d’un coma et d’un arrêt respiratoire. Ceci peut se produire car les effets d'une dose varient en fonction de sa pureté et de la tolérance de l’organisme de l’individu ou si la dose est trop importante ou encore si elle est consommée avec d’autres drogues. Elle est particulièrement dangereuse lorsqu’elle est mélangée à des stimulants tels que les amphétamines, l’ecstasy ou la cocaïne mais encore davantage si elle est mélangée avec des dépresseurs tels l’alcool, le GHB ou des tranquillisants.

Dans la plupart des cas, l’héroïne crée très rapidement une dépendance. Elle engendre également une tolérance car plus une personne en consomme, plus elle doit augmenter les doses et la fréquence des prises pour retrouver l’intensité du plaisir qu’elle éprouvait lors des premières fois. La dépendance physique se produit quand «l’organisme d’un consommateur de drogues devient si habitué à une drogue donnée (dans ce cas-ci, l’héroïne) qu’il ne peut fonctionner normalement que si la drogue est présente dans l’organisme» (Santé Canada). Lorsque celle-ci s’est installée, l’héroïnomane doit consommer sa drogue quotidiennement. Cette dépendance oblige l'héroïnomane à consommer sa dose de trois à six fois par jour, selon le cas. Il devient obsédé par elle car il finit par y penser sans arrêt. Ceci transforme donc son quotidien car il change ses habitudes de vie en fonction de l’héroïne. Il lui devient donc difficile de garder une relation avec les gens qui ne consomment pas cette drogue, ce qui crée un isolement social qui peut l’amener à l’itinérance ou même à la prostitution.

L’hyperémotivité des héroïnomanes est un constat récurent. La consommation d’héroïne est donc souvent une façon de composer avec une réalité douloureuse en anesthésiant les sentiments reliés à des événements difficiles. L'héroïnomane balance sans cesse entre des états d’euphorie que provoque la drogue, ce qui le conduit à une forme de soulagement, et des états de manque qui causent de l’anxiété, de l’agitation et plusieurs autres symptômes physiques. D’autres troubles apparaissent également tels l’anorexie et l’insomnie.

La plus grande peur d’un héroïnomane est de ne pas pouvoir se procurer sa prochaine dose. Lorsque c’est le cas, il commence à ressentir des inconforts physiques qui s’accentuent selon le  temps écoulé depuis la dernière consommation d’héroïne. C’est ce qu’on appelle l’état de manque ou le sevrage. Ces symptômes apparaissent généralement quatre ou cinq heures après la dernière prise (Santé Canada). Voici la liste des malaises qui caractérise le sevrage :

  • anxiété grave
  • insomnie
  • écoulement nasal
  • transpiration abondante
  • spasmes musculaires
  • frissons
  • tremblements
  • diarrhées
  • crampes abdominales
  • nausées
  • vomissements
Mise à jour le Samedi, 16 Janvier 2016 14:43
 

Formulaire

  •  
    Nom
  •  
    Prénom
  •  
    Courriel
  •  
    Téléphone
  •  
    Services
  •  
    Message
  •  

  •  

Qui est en ligne?

Nous avons 54 invités en ligne

Sondage

Quel vidéo est le plus efficace?