Nos conseillers vous aideront à trouver le centre de réhabilitation et/ou de désintoxication qui conviendra à vos besoins spécifiques.

N’attendez pas qu’il soit trop tard, cessez son autodestruction dès maintenant. Ensemble, nous pouvons agir. Notre service d’intervention en milieu familial est la solution.

Nos ateliers et conférences interactives sauront capter l’attention de vos jeunes. La prévention est un outil indispensable afin de les sensibiliser sur les effets néfastes que la drogue peut causer.

DépendanceDépendanceTrouvez le Centre qui vous convient… InterventionInterventionIl ne voit pas son problème… PréventionPréventionPour une relève sans drogue…

Souvent la personne qui consomme de l’alcool ou des drogues ne voit pas qu’elle a un problème, même si tout le monde dans son entourage sait très bien qu’elle en a un et qu’elle doit le voir, avant qu’il ne soit trop tard. Lorsque c’est le cas, il est possible d'avoir de l’aide d’un professionnel qui saura trouver les mots et les gestes à poser pour conscientiser la personne à faire quelque chose pour régler son problème.

Kétamine PDF Imprimer Envoyer


La Kétamine fait partie de la famille des perturbateurs.

Elle modifie donc les sensations et les perceptions de la réalité. C’est aussi un hallucinogène stimulant qui rappelle les effets du PCP. Dépendamment de la quantité consommée, elle peut avoir des propriétés analgésiques (engourdissement de la douleur) et anesthésiques à action rapide. C’est pour cette raison qu’elle est parfois utilisée par des vétérinaires lors d’opérations chirurgicales pour anesthésier petits ou grand animaux ou encore dans le domaine médical humain lors de chirurgies car elle réduit ou élimine la sensibilité et la douleur qui fait souffrir. Cette drogue est également consommée de façon clandestine pour tenter des expériences de «voyages aux frontières de la mort».

C’est en 1962 qu’elle fut synthétisée pour la première fois par Calvin Stevens pour les laboratoires Parkes Davis. En 1965, elle commence à être utilisée en médecine vétérinaire puis pour les anesthésies au niveau médical humain. Le professeur Edward Domino la décrit finalement comme anesthésiant dissociatif parce qu'elle provoque une impression de détachement, comme si l'esprit se séparait du corps. Durant la guerre du Viêt Nam, elle fut utilisée pour la première fois par les soldats américains, mais on en évite rapidement l'usage car ses effets secondaires provoquent une sensation d’expérience de mort imminente.

On appelle la kétamine «Spécial K», «vitamine K», «ket», «ketty», «K», «ké», «big K», «blind», «breakfast cereal», «cat tranquillizers», «horsey P», «keller«, «ketalar», «kit-kat», «K-rod», «lady K», «super K», «squid» ou «wonk».

Elle est vendue sous forme liquide mais comme drogue de rue, elle est surtout vendue sous forme de poudre, de comprimés ou de capsules. Elle est principalement reniflée mais peut aussi être injectée dans un muscle (pas dans une veine car perte de conscience), fumée dans une cigarette ou avalée. La kétamine est inodore et n’a pas de goût. Elle peut donc être dissoute dans des boissons sans en altérer l'apparence ou le goût. Ses effets sédatifs empêchent les victimes de résister à une agression sexuelle, tout comme le GHB le fait. Voilà pourquoi on l'appelle également «drogue du viol».

La kétamine peut :

  • provoquer des migraines, nausées, vomissements, fièvre, somnolence, vision floue étourdissements, sensation d’ivresse, incohérence et saignements de nez
  • causer une incapacité à parler
  • créer une confusion ou une sensation d'irréalité (incohérence)
  • produire des rêves d'apparence réelle ou des hallucinations intenses et terrifiantes
  • occasionner de l’agressivité,
  • entraîner des pertes de conscience accompagnées de vomissements; la personne risque alors de s’étouffer avec ses vomissures
  • causer un goût désagréable
  • apporter des états de conscience altérés, sensations d’apesanteur, perte d’identité ou contact avec la réalité
  • donner la sensation de se «détacher de son corps», séparation du corps et de l’esprit, expériences de sortie du corps ou «aux frontières de la mort» (mort imminente)
  • sentiment de pénétrer dans un autre monde
  • affecter les sens, le jugement et la coordination motrice pendant 4 à 6 heures
  • créer de l’anxiété, des attaques de panique, de la paranoïa et des psychoses
  • créer des paralysies temporaires
  • affecter la mémoire (voire amnésie)
  • créer des «flashbacks» même longtemps après l’action de l’effet de la drogue
  • augmenter la tension artérielle
  • entrainer une inflammation sévère des voies urinaires et de la vessie
  • engendrer un risque d’arrêt respiratoire et de défaillance cardiaque (en cas de surdose)
  • provoquer un coma et/ou la mort

On a pu observer qu’une consommation à long terme peut apporter des problèmes au niveau des voies urinaires et de la vessie qui sont parfois irréversibles. Elle peut également provoquer une dépendance psychique et des troubles mentaux permanents. Elle est très dangereuse car elle peut engendrer des évanouissements qui sont accompagnés de vomissements avec lesquels la personne peut s’étouffer.

Elle est aussi très dangereuse quand elle est consommée avec des dépresseurs ou d’autres substances comme l’alcool, l’héroïne et les tranquillisants car le mélange peut entraîner un coma ou même être mortel.

Mise à jour le Samedi, 16 Janvier 2016 14:40
 

Formulaire

  •  
    Nom
  •  
    Prénom
  •  
    Courriel
  •  
    Téléphone
  •  
    Services
  •  
    Message
  •  

  •  

Qui est en ligne?

Nous avons 26 invités en ligne

Sondage

Quel vidéo est le plus efficace?